Édito

CETTE SEMAINE AU SPOUTNIK

Ce week end : Vendredi / samedi / dimanche
FESTIVAL PALESTINE, FILMER C'EST EXISTER
Projections, rencontres, tables rondes, exposition, brunch

Mardi 2 décembre :
LES TOURMENTES (2014), en présence du réalisateur Pierre-Yves Vanderweerd et Cyril Neyra

Dès mercredi 3 décembre :
LUMIERE NOIRE ROBERT BRESSON - Rétrospective

Films

NOUS NE POUVONS PAS Y ALLER MAINTENANT, MON AMI + LET'S MAKE NOISE FOR GAZA

Quand les Palestiniens ont été chassés de la Palestine en 1948, certains ont été accueillis en Syrie.

- En présence de la réalisatrice Carol Mansour

WHEN I SAW YOU

En 1967, comme des milliers d’autres Palestiniens qui affluent aux frontières, Tarek, 11 ans, se retrouve avec sa mère Ghaydaa, dans un camp « temporaire » de réfugiés de l’autre côté de la frontière en Jordanie.

- En présence de la réalisatrice par skype.

GENET A CHATILA

Un jour après le massacre perpétré par des miliciens libanais dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et de Chatila, en septembre 1982, Jean Genet entre à Chatila. La nuit même, il écrit dans l’urgence son essai Quatre heures à Chatila, bloc compact de ce séjour d’entre les morts.

- En présence du réalisateur

RÊVES D'EXIL + THOUGH I KNOW THE RIVER IS DRY

Mona, 13 ans est née et habite dans le camp de réfugiés palestinien de Chatila à Beyrouth. Elle correspond régulièrement avec Manar, 14 ans, qui elle, est née et a grandi dans le camp de Dheisheh à Bethlehem. Bien qu’elles ne se soient jamais rencontrées, nait une amitié entre les deux adolescentes qui partagent le même rêve : le retour.

- En présence de la réalisatrice de Mai MASRI

LE VILLAGE SOUS LA FORÊT + LE PUITS

En 1948, Lubya a été violemment détruit et vidé de ses habitants par les forces militaires israéliennes. 343 villages palestiniens ont subi le même sort. Aujourd’hui, de Lubya, il ne reste plus que des vestiges, à peine visibles, recouverts d’une forêt majestueuse nommée « Afrique du Sud ». Les vestiges ne restent pas silencieux pour autant.

De Heidi GRUNEBAUM et Mark J KAPLAN

SHASHAT

-- Festival de Films de Femmes en Palestine --

Chaque festival organisé par SHASHAT depuis 2005, permet de découvrir une dizaine de nouveaux courts- métrages réalisés par de jeunes réalisatrices palestiniennes. Les films sont projetés dans 20 villes et 6 camps de réfugiés en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, en collaboration avec 7 universités et 22 organisations, remplissant ainsi l’objectif de Shashat qui est d’amener le cinéma à toutes les communautés en Palestine. Son but est aussi d’utiliser les films comme outil de changement social. Shashat est le plus vieux festival de films de femmes du monde arabe.

LE SEL DE LA MER

« Certains Palestiniens n’ont jamais vu la mer. Pour les réfu- giés chassés en 1948, la mer a été la dernière chose qu’ils ont vu de la Palestine »

- En présence de la réalisatrice par skype

TICKET POUR JERUSALEM

Jaber et Sana vivent dans un camp de réfugiés près de Ramallah. Jaber a mis sur pied un cinéma itinérant pour le bonheur des petits et des grands, tandis que Sana travaille au Croissant-Rouge. Cependant, du fait des tensions croissantes dans les Territoires Occupés par Israël, Jaber a de plus en plus de mal à circuler. Il se laisse pourtant convaincre d’organiser une projection pour une école de la vieille ville de Jérusalem.

KEEP SHOOTING

Chef opérateur sur Ticket pour Jérusalem, fiction réalisée par Rashid Masharawi, Baudoin Koenig réalise parallèlement le journal de ce tournage qui se poursuit envers et contre tout.

- En présence du réalisateur

TERRE DE L'HISTOIRE + CONDOM LEAD

Dans la vieille ville de Jérusalem se trouve la boutique d’Elia, photographe arménien comme son père, et comme son fils. Elia commente pour Rashid Masharawi accoudé à son comptoir, l’histoire de cette ville dont témoignent les centaines de photos prises par son père depuis le mandat britannique (1920-1947) jusqu’à la guerre des Six jours de 1967.

TABLE RONDE : ENTRE CRÉATION ARTISTIQUE ET ENGAGEMENT POLITIQUE

La tragédie des réfugiés palestiniens fuyant la Syrie et forcés de trouver un deuxième pays d’accueil s’est imposée à PFC’E pour choisir le fil rouge de cette édition :

réfugiés, exilés, déplacés.

Et nous avons eu la confirmation que ce thème est omniprésent dans la création cinématographique palestinienne.

Avec Carol Mansour, Mai Masri, Liali Kilani, Alaa Desoki et Athar Al-Jadili

NUN WA ZAYTUN + LA CHAMBRE DE SAMIR

Au volant de sa camionnette « Phlox », Mourad entreprend, durant sept jours, un voyage à travers les collines de la Cisjordanie, du nord au sud, de Yanoun à Jéricho. Il transporte avec lui les bobines oubliées de films tournés avant et pendant les années qui ont précédé la catastrophe – la Nakba.

- Présence de la réalisatrice Emtiaz DIAB à confirmer

MAHMOUD DARWICH : ET LA TERRE COMME LA LANGUE + MAISON

La vie personnelle du poète, dont le documentaire fait le récit, est une illustration parfaite de la tragédie nationale dans laquelle elle s’inscrit.

De Simone BITTON et Elias SANBAR

LES TOURMENTES

"La tourmente, c'est une tempête de neige qui désoriente et égare. C'est aussi le nom donné au siècle dernier à une mélancolie provoquée par la dureté et la longueur des hivers. Là où souffle la tourmente, des hommes érigèrent des clochers pour rappeler les égarés. Et des bergers, au gré de leurs transhumances, usèrent de leurs troupeaux pour invoquer des âmes perdues ou oubliées." Partant de ce carton d'introduction, le cinéaste belge Pierre-Yves Vandeweerd invite à une odyssée poétique et inspirée sur la folie en deux récits parallèles qui entrent en résonance. Parti en transhumance dans les montagnes de Lozère avec ses moutons, un berger accomplit les rites consacrés aux égarés (invocation, sépulture, sacrifice…) selon les recommandations en occitan que lui adresse une voix chuchotée.

- en présence du réalisateur Pierre-Yves Vandeweerd & Cyril Neyrat, critique de cinéma - gratuit pour les étudiants de la Head

LES ANGES DU PÉCHÉ

Anne-Marie, une jeune femme bourgeoise désire entrer dans les ordres, et choisit la congrégation de Béthanie qui accueille des anciennes détenues. Là, elle se prend de passion pour Thérèse qu’elle veut « sauver » coûte que coûte…

- présenté par Bertrand Bacqué - gratuit pour les étudiants de la HEAD

LES DAMES DU BOIS DE BOULOGNE

Adapté par Robert Bresson et dialogué par Jean Cocteau, le film transpose dans les années 40 un récit de "Jacques le Fataliste".

- gratuit pour les étudiants de la HEAD

JOURNAL D'UN CURÉ DE CAMPAGNE

Un jeune prêtre découvre sa paroisse et affronte très vite ses fidèles ainsi que les intrigues amoureuses qui se développent au château.

- gratuit pour les étudiants de la HEAD

UNE FEMME DOUCE

Inspiré de "La Douce", nouvelle de Dostoïevski, le film commence par le suicide d'une jeune femme qui se défenestre.

- présenté par Jean-Claude Rousseau et accompagné de son court-métrage SAUDADE + table ronde avec Mylène Bresson, Jean-Claude Rousseau, Bertrand Bacqué et Evelyne Jardonnet - gratuit pour les étudiants de la HEAD

PROCÈS DE JEANNE D'ARC

Le film commence alors que Jeanne est emprisonnée depuis plusieurs mois dans le château de Rouen.

- présenté par Evelyne Jardonnet - gratuit pour les étudiants de la HEAD

UN CONDAMNÉ À MORT S'EST ÉCHAPPÉ

En 1943, le lieutenant Fontaine, arrêté par les Allemands, est conduit au fort de Montluc à Lyon pour y être exécuté.

- en présence de Mylène Bresson - gratuit pour les étudiants de la HEAD

AU HASARD BALTHAZAR

Balthazar est un âne heureux vivant en compagnie de Marie, petite fille du Pays Basque à la lisière de son passage à l'âge adulte.

- gratuit pour les étudiants de la HEAD

MOUCHETTE

Prolongation épilogue de l'âne BALTHAZAR, Mouchette l'adolescente taciturne se heurte à l'incompréhension, au mépris et à la méchanceté des hommes et des femmes de son village.

- gratuit pour les étudiants de la HEAD

LANCELOT DU LAC

La quête du Graal menée par Lancelot est un fiasco. Le retour des chevaliers envoyés par le roi Arthur se fait dans une atmosphère de désastre et de désespoir.

- gratuit pour les étudiants de la HEAD

LE DIABLE PROBABLEMENT

Récit de la vie, des amours et de la mort d'un étudiant en phase avec les jeunes gens de son époque.

PICKPOCKET

Un des sommets de l’œuvre de Bresson, lointainement inspiré par "Crime et Châtiment".

- présenté par Stéphanie Cherpin et Paul Bernard - gratuit pour les étudiants de la HEAD

L'ARGENT

Un faux billet de 500 francs se passe de main en main avant d'être remis à Yvon, un jeune livreur.

- présenté par Ulla von Brandenburg - gratuit pour les étudiants de la HEAD

GOÛTER MERVEILLEUX - SOUS-MARIN

Nouvel opus de notre cher Goûter merveilleux, cette fois tout consacré à l'exploration des univers aquatiques, entre plongée dans les denses profondeurs noise et flottement sur les ondes électroniques ambient. Comme d'habitude, venez passer l'après-midi dans les canapés du plus beau cinéma du monde : film surprise à 15h, pause goûter, puis performances live jusqu'en début de soirée. Dans le sous-marin : Opuswerk (dj set) | Púrpura - Live Noise | DLM - Live Noise / Ambient | Strb - Live Modulaire.

- Prix libre

BLANK CITY

C'est après avoir découvert ROME 78 de James Nares, BLANK GENERATION, d'Amos Poe et DOWNTOWN 81 à Cinémathèque française que cette jeune Nantaise a entrepris un long séjour à New York durant lequel elle a pu se rendre compte de l'ampleur et de la richesse de ce qu'avait secoué le Lower East Side des années fin 70 début 80.

PROGRAMME BETH B & SCOTT B

Couple d'artistes (elle a étudié à la School of Visual Art, lui est sculpteur), les "B's" étaient actifs au sein du Colab (Collaborative project), notamment à travers le New Cinema, plateforme où les artistes de différentes disciplines pouvaient créer ensemble sans pression économique.

PROGRAMME VIVIENNE DICK

Arrivée d'Irlande à New York en 1975, Vivienne Dick a pris pour sujet de ses films Super8 les membres de la scène musicale du Lower East Side avant de retourner en Europe en 1985 et continuer sa pratique autour de l'image en mouvement.

ROME 78

L'atmosphère "fin de règne" du New York dans lequel évoluait Nares le poussa a transposer la Rome décadente de Caligula dans les taudis du Lower East Side. En résulte un gros n'importe quoi où les romains en toge fument clope sur clope, où la langoureuse Lydia Lunch voit se succéder sur son lit des types lisant leurs répliques planquées derrière un rideau, le tout nappé d'un ennui "camp" délicieux.

PHANTOM OF THE PARADISE

Winslow Leach, un jeune compositeur inconnu, propose un opéra à Swan, le producteur machiavélique de Death Records.

- entrée réduite au Zoo (dès 23h) avec la contremarque du Spoutnik

THE OFFENDERS

Une riche héritière rebelle est kidnappée par des voyous qui réclament une rançon à son père. Mais ses geôliers ainsi que toute forme d'autorité qui se dresseront sur son passage vont subir sa rage. Financé et tourné à mesure que les bobines étaient développées et montrées en soirée, le film est un pur exemple de DIY.

THE FOREIGNER

L'agent secret européen Max Menace débarque à New York, mais apprend sur place qu'il n'y a en fait aucune mission et que son contact ne sait rien de lui. Commence alors une dérive à travers les rues abandonnées du Lower East Side, le pieds des Twin Towers, l'immensité d'une plage de Downtown... Les rencontres qu'il fait sont éphémères, fulgurantes (sublime Debbie Harry interprétant Kurt Weil), mais ne permettent pas à cet anti-héros de stopper sa chute sourde.
Filmé en un magnifique 16mm hyper contrasté, avec une bande son d'acier atmosphérique signée Ivan Kral (Patti Smith Group), THE FOREIGNER a été le fer de lance de ce qui sera appelé le cinéma No Wave.

PROGRAMME NICK ZEDD

Créateur et principal auteur de l'Underground Film Bulletin (1984-1990) où il traitait des travaux de ses contemporains et de leurs prédécesseurs (Jack Smith, George & Mike Kuchar ou les Activistes viennois). Nick Zedd y publie en 1985 son "Cinema of Transgression Manifesto", acte fédérateur de ce groupe de réalisateurs et artistes réunis par leur goût du choc et de l'humour noir, dont notamment Richard Kern, Tessa Hughes Freeland, Lung Leg, Lydia Lunch ou encore Tommy Turner.
Tantôt critique, tantôt réalisateur, il passe aussi devant la caméra et marque la pellicule par son allure d'ange déchu, mélancolique et vénéneux.

Thèmes

PALESTINE : FILMER C'EST EXISTER

Du vendredi 28 au dimanche 30 novembre 2014

Depuis 2012, le Spoutnik accueille PALESTINE: FILMER C'EST EXISTER qui donne la place aux points de vue, à la créativité, à l'humour, aux convictions et aux espoirs des cinéastes palestinien-ne-s de Cisjordanie, de Gaza et des pays d'exil qui les ont accueilli-e-s.

LUMIÈRE NOIRE ROBERT BRESSON

Du mercredi 3 au samedi 13 décembre 2014

Logique de la fragmentation, sciences des rythmes, dialectique du concret et de l’abstrait, « modèles » et non « acteurs », « cinématographe » et non « cinéma », le moins que l’on puisse dire, c’est que Robert Bresson (1901-1999) a développé une éthique et une esthétique à nulle autre pareille au court des quatre décennies qui verront la création de chefs d’œuvres tels que LE JOURNAL D’UN CURÉ DE CAMPAGNE, UN CONDAMNÉ À MORT S’EST ÉCHAPPÉ, PICKPOCKET, AU HASARD BALTHAZAR, LANCELOT DU LAC ou L’ARGENT. Peu à peu le religieux s’efface, laissant place à un Dieu présent mais caché. Si bien que son influence sur le cinéma et l’art contemporain, bien que souterraine, apparaît indéniable.